Salut ! Attaboy d’avoir posé le clic ici, parce que je m’apprête à lever le voile sur quelques secrets excitants sur un des maîtres incontestés de la tech, le big boss lui-même: Mark Zuckerberg. Maintenant, c’être le génie derrière une des plus grosses sociétés de tech au monde, ça attire l’attention, n’est-ce pas? Mais qui sont réellement ces tycoons de la tech et quid de leurs secrets bien cachés ? Préparez-vous à explorer une face décontractée de Mark, le fameux grand manitou de Meta, dont les multiples couronnes incluent Facebook, Instagram et WhatsApp, et qui flirte maintenant avec une toute nouvelle reine : la réalité virtuelle du métavers. Alors enfilez vos chapeaux de détective, parce que nous allons plonger dans trois anecdotes savoureusement méconnues sur ce magnat.

Mark Zuckerberg, le polyglotte

Savez-vous que Mark Zuckerberg fait partie de la rarissime ligue de polyglottes capables de jongler avec six langues à l’aise blaise ? Oui, vous avez bien entendu ! Ce mordu des langues peut faire des conférences en anglais, argoter en français, sermonner en latin, badiner en mandarin, philosopher en grec ancien et même blaguer en hébreu sans casser sa pipe. Ça fait un choc, non ? D’autant plus que le mogul a laissé tout le monde baba lors d’une séance de questions-réponses à Pékin en 2014 quand il a sorti son chinois sans la moindre embûche.

Lire aussi  Grand nettoyage chez Google : Les 3 services que nous perdons en 2024 dévoilés !

La simplicité, c’est son truc

Vous avez déjà eu l’impression que Mark porte toujours la même sape ? Eh bien, ce n’est pas qu’une impression, mes amis. Ce bonhomme est un adepte de la garde-robe minimaliste, garnie de t-shirts gris, de pulls à capuche et de jeans (qu’il change fissa, soyez tranquilles). Il kiffe cette simplicité vestimentaire pour gagner de la flèche et canaliser son énergie sur les choses qui comptent, tout en évitant le fameux « burnout décisionnel ».

Il y a eu un moment en 2014 où Mark avait ouvert un tiroir sur cette préférence sartoriale en disant: « Je suis vraiment branché sur l’idée d’avoir une vie simple qui me permet de prendre le moins de décisions possibles en dehors de comment je peux servir au mieux cette communauté… Je sens que je ne fais pas mon job si je dépense une once d’énergie sur des futilités dans ma vie. » . Il va sans dire qu’il n’est pas le seul à penser ainsi. Steve Jobs et son cultissime col roulé noir viennent rapidement à l’esprit.

Lire aussi  IBM lance un mega projet : deux millions d'apprenants plongés dans l'IA générative !

Il a donné naissance à son premier réseau social à 12 ans

Avant de secouer l’Internet avec Facebook, Mark avait déjà fait ses premières armes avec un réseau social destiné à faciliter la communication de son papa, dentiste, avec ses patients et sa famille. Le Mark, 12 ans et hacker dans l’âme, avait mis en place une sorte de messagerie intra-familiale.

Ça sonnait comme ça pendant un podcast où il a détalé avec un petit sourire : « En tant que gosse, le cabinet dentaire de mon père était en fait connecté à notre maison. Les dentistes et les assistants avaient besoin de partager des infos sur les patients. J’ai donc créé un système pour qu’ils puissent communiquer entre les différentes pièces et avec nous, les enfants à l’étage — je l’ai baptisé ZuckNet ».

Author

Write A Comment