Grâce à Internet et aux nouvelles technologies, des besoins nouveaux sont apparus et ont fait naître de nouveaux métiers. Parmi la multitude de fonctions qui sont nées de la révolution digitale, celle de développeur web fait partie des plus recherchés. Une enquête réalisée par LinkedIn en 2016 a donné en effet la possibilité de savoir que sur ce réseau social, il s’agit du métier qui se trouve en tête des listes des 20 qui sont les plus sollicités. La demande est bien réelle donc, mais les compétences sont encore difficiles à trouver. Si vous rêvez donc de vous y lancer, sachez que les perspectives en la matière ne manquent pas. Il vous suffit de savoir comment devenir développeur pour augmenter votre chance de trouver rapidement une opportunité en la matière. Avant tout cela tout de même, il est important de connaître la définition de ce métier et les missions qui y sont liées.

Devenir développeur web : qu’est-ce que ce métier ? En quoi consiste-t-il ?

Dans sa version la plus classique, le métier de développeur consiste en la réalisation, au diagnostic, à l’essai et à la correction de toutes les fonctionnalités techniques d’un site ou d’une application web. La personne qui l’exerce peut être chargée de la totalité des étapes de conception d’une solution ou seulement appelée pour l’ajustement d’une solution existante pour qu’elle convienne aux besoins actuels du client. Elle dispose d’un champ d’intervention étendue et dans l’exercice de sa fonction, elle peut travailler individuellement ou au sein d’une équipe constituée généralement d’autres développeurs, d’architectes informatiques et des intégrateurs, entre autres. Dans le deuxième cas, son intervention concerne le plus souvent les projets d’envergure importante.

Le développeur web est un professionnel polyvalent, amené souvent à travailler sur un projet pour de raisons diverses, mais interdépendantes. Les tâches qui lui sont souvent confiées peuvent même être regroupées d’une manière chronologique.

  • La première étape de son intervention sur un projet consiste généralement à déterminer et analyser les besoins du public-cible de la solution, tout en n’oubliant pas, bien sûr, de tenir compte des attentes du client.
  • Dans une seconde étape, il s’occupera de la rédaction d’un cahier de charges dont le contenu sera basé sur les résultats de cette analyse, sur les exigences du client et de ses propres façons de procéder.
  • La troisième étape sera celle du choix des solutions techniques à mettre en œuvre, spécifiquement les langages informatiques ou encore l’arborescence du projet.
  • Dans une quatrième étape, le développeur web commencera à programmer les logiciels informatiques ou supports web qui sont à sa charge en s’appuyant sur des progiciels. Ce qui le conduira à la rédaction du code informatique déterminant pour les fonctionnalités et l’aspect du site ou de l’application web.
  • La 5e étape consistera en une série de tests de la solution pour en déceler les éventuels dysfonctionnements et réaliser les correctifs indispensables.
  • Dans la 6ème étape de ses missions, le développeur web va écrire un support d’aide technique pour les utilisateurs, et pourra même mettre en place une formation permettant de mieux en faire usage si on lui en demande. Même après la mise à disposition de la solution à ses clients, il effectuera régulièrement un suivi de la solution et se chargera de toutes les améliorations nécessaires relativement à l’évolution des techniques en la matière et des besoins et exigences des utilisateurs.
Lire aussi  Comment apprendre à coder ? Quelle formation ?

Comment devenir développeur web : quelles qualités et compétences faut-il avoir ?

Le développeur est parfois surnommé « le couteau suisse » du monde de l’Internet et des nouvelles technologies. Comme on a en effet déjà eu l’occasion de le voir dans la section précédente, il constitue une véritable touche tout et cela contribue au fait que les débouchés en la matière sont plus nombreux que ceux des autres métiers. De plus, la tendance haussière des offres d’emplois pour développeur web n’est pas encore prête à s’inverser. Mais pour espérer intéresser les recruteurs, il y a des qualités et compétences à avoir.

·      Les qualités indispensables pour ce métier

La polyvalence est la première qualité que l’on doit avoir pour devenir développeur web. Ce dernier devra en effet pouvoir intervenir aussi bien pour une veille que pour une élaboration proprement dite d’une solution, sans oublier l’analyse stratégique et les autres étapes relatives à la mise en place de ladite solution. Cette polyvalence est notamment d’une grande importance pour un développeur travaillant d’une manière indépendante ou s’exerçant dans des petites structures.

L’esprit d’analyse et le raisonnement logique constituent aussi une qualité qu’il faut avoir pour bien s’exercer en tant que développeur web. Il en est de même pour l’autonomie, ce dernier étant, la plupart des cas, le seul, dans son entreprise, à disposer des compétences techniques relatives à son champ d’intervention. Il lui faut également une capacité de s’adapter rapidement. Concrètement, quand un client fait appel à lui, il devra savoir sans trop attendre quelle solution lui proposer. Aussi, une remise en question rapide est également importante pour lui pour pouvoir corriger d’éventuels bugs sur ladite solution.

Et pour améliorer cette capacité de s’adapter, le développeur devra, en permanence, s’autoformer. Cela lui permettra d’avoir connaissance des dernières nouveautés dans son domaine et de pouvoir les exploiter pour pouvoir offrir à ses clients des solutions à la pointe de l’innovation. Enfin, la rigueur est de mise pour que chaque étape de la réalisation du projet se passe de la meilleure des manières, la moindre erreur pouvant compromettre gravement le bon déroulé du processus.

·      Les compétences techniques à acquérir

Ces qualités humaines seules ne suffisent pas pour bien exercer le métier de développeur Web. Il faut y ajouter des compétences techniques.  La plus importante parmi celle-ci est, sans conteste, la maîtrise d’un ou plusieurs langages informatiques, dont Java, SQL, PHP, .NET, Ruby on rails, Python, C#, C. Il s’agit par ailleurs d’un paramètre inévitable pour bien s’orienter dans cette fonction. Le choix du marché auquel se positionner dépend en effet beaucoup de type de langage dominé. Et du niveau de maîtrise dépendra l’aptitude à  évoluer vers un autre métier bien plus intéressant dans le monde informatique.

Lire aussi  Formation Photoshop en ligne : Toutes les solutions

Pour pouvoir concevoir ou corriger un site ou une application web pour ses clients, un développeur devra également se connaître en usage d’outils Framework, CMS et outils d’édition de code de type JQuerry, Angular JS, Symfony.

Enfin, l’exercice de ce métier sera réussi avec une meilleure compréhension de l’anglais technique, cette langue étant quasiment la seule utilisée pour les langages de code.

Formation classique ou en ligne pour devenir développeur Web ?

Ces compétences techniques, et même certaines des qualités humaines précitées, ne peuvent pas être obtenues sans le suivi d’une formation pour devenir développeur Web. Actuellement, cette dernière ne nécessite pas toujours de se déplacer, car pouvant être faite en ligne. La voie de formation traditionnelle a tout de même encore des années devant elle. Alors, lequel de ces 2 canaux choisir ? Éléments de réponse.

·      Le cursus classique pour devenir développeur

Avant, les personnes qui souhaitent obtenir toutes les qualités pour devenir développeur n’ont eu d’autres choix que de suivre un parcours universitaire. Elles n’étaient tout de même pas obligé d’y patienter pendant 4 ans ou plus, ce canal incluant 3 catégories de cursus : Formation Bac +2, Formation Bac +3 et Formation Bac +5.

La première catégorie permet de choisir entre une formation BTS Services Informatiques aux Organisations et une formation DUT Informatique. Pour la première possibilité, on obtient ce brevet via l’option « solutions logicielles et applications métiers » incluant des matières générales et des matières techniques : mathématique, langue vivante, communication culture générale, conception et maintenance informatique, algorithme appliqué, etc. Pour la seconde, il y aura engagement dans des modules d’enseignements techniques (systèmes et réseaux, architecture, outils et modèles du génie logiciel, algorithmique et programmation, etc.) au sein d’une formation en alternance ou en initiale.

La deuxième catégorie est constituée d’un seul élément : la formation licence pro métier de l’informatique mention « conception, développement et test de logiciels ». Un tel parcours donnera la possibilité d’avoir des connaissances techniques plus approfondies en conception et création de logiciels.

La dernière catégorie est composée de la formation Master informatique et de la formation diplôme d’ingénieur ou d’école spécialisée en informatique. Avec la première option, qui est prévue pour durer 5 ans, vous continuerez votre étude jusqu’à un niveau où vous aurez toutes les connaissances techniques très poussées pour assurer la réussite de tous les projets de développement qui vous seront confiés, surtout ceux concernant des programmes sophistiqués. Si vous voulez vous exercer dans le management ou la gestion de projet, un cursus vous permettant d’obtenir un diplôme d’ingénieur sera un choix idéal. Il vous suffira, pour devenir la perle rare sur le marché de travail, d’opter pour un établissement de renom de type EPITECH, EPITA, EPSI et ENI.

Rien ne vous empêche également d’opter pour des formations traditionnelles courtes vous donnant la possibilité d’obtenir les fondamentaux à connaître dans le domaine ou une spécialisation particulière.

·      Les intérêts de la formation en ligne

Bien qu’ils aient des avantages indéniables, la voie classique de formation pour devenir développeur web est plus contraignante. Par ailleurs, elle peut vous représenter un coût important. Cela ne veut cependant pas dire qu’il faut enterrer votre rêve d’exercer métier. Nombreuses sont en effet les personnes qui y trouvent de la réussite bien qu’ils aient appris tout le b-a-b-a en autodidacte. Mais comment est-ce possible ? Il suffit, pour cela, d’opter pour une formation en ligne.

Lire aussi  Comment devenir webdesigner ? Quelle formation ?

Cette voie se subdivise en deux catégories : le MOOC et la formation en ligne proprement dite. Le premier est un concept qui nous vient de Grande-Bretagne et dont le nom est, par ailleurs, anglais, étant la forme contractée de Massive Open Online Courses. Il permet d’obtenir, via l’accès gratuit en ligne, des cours provenant des écoles, des universités ou des entreprises moyennant ou non le versement d’un « frais de cours ». Une attestation de réussite sera attribuée après que vous ayez bien répondu à un questionnaire en ligne dédié au contrôle de votre apprentissage.

La formation en ligne proprement dite permet de suivre, sans bouger de chez soi, des cours dispensés par un développeur ou une équipe dédiée à ce faire. Si vous ne faites pas votre choix d’une manière hâtive, il y aura de la chance que vous tombiez sur un site partenaire d’une école informatique, ce qui constitue déjà une garantie de l’excellente qualité des cours. À noter que ce type de formation est disponible actuellement en divers formats. Si l’interaction entre enseignant et apprentis est privilégiée dans le cadre des cours directs, rien n’empêche pour les personnes en quête d’une totale indépendance dans leur apprentissage de demander l’accès à diverses vidéos explicatives. À noter que rares sont les formations en ligne proposées gratuitement. Celles-ci nécessitent soit le paiement des abonnements mensuel pouvant atteindre les 20 euros, soit le versement de frais d’inscriptions pouvant aller jusqu’à 900 euros, voire plus.

Pour ne pas se tromper cependant dans le choix de sa formation en ligne et profiter pleinement de ses innombrables avantages, il est important de suivre une série de règles. Il faut notamment commencer par définir ce qui a poussé à trouver une formation. En effet, c’est en fonction de ce qui se passe derrière la tête lorsque l’on cherche une formation que dépendent les langages ou les outils à privilégier. Certes, il faut toujours commencer par les fondamentaux, mais après, il faut savoir choisir la voie à prendre, tout connaître en seulement deux mois étant impossibles. Pour la plupart des experts dans le domaine, une personne voulant bien se lancer en autodidacte dans ce métier fera mieux de commencer par les deux véritables langages fondamentaux du web, à savoir le HTML5 et le CSS3. Elle pourra, après, poursuivre par les cours en ligne sur le langage serveur avant un apprentissage des compétences les plus convoitées dans le domaine. Enfin, il ne faut jamais arrêter d’apprendre pour être toujours au courant des nouvelles tendances dans le domaine.

 

Source :

etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/metiers/fiche-metier/developpeur-informatique.html

.maformation.fr/actualites/comment-devenir-developpeur-informatique-36818

kicklox.com/devenir-developpeur-2019/

 

 

Author

Write A Comment